L’UGSEL 41 ouvre les bras aux écoles

Comme chaque année à cette période, l’UGSEL 41 réunit des centaines d’enfants des écoles primaires du diocèse au lycée agricole de Boissay, à Fougères-sur Bièvre. C’est grâce à une équipe extrêmement dynamique et motivée conduite par Paul Cruchandeu que cet événement permet (toujours sous un soleil printanier) aux jeunes de s’essayer à différents sports, de disputer un cross dans le magnifique parc et d’assister à une belle célébration devant le château. Corps et âmes…

A noter que cette année, les lycéens de Saint-Joseph de Vendôme ont assumé le rôle de facilitateurs de l’organisation, apparemment avec beaucoup d’enthousiasme. Merci à eux ! – Plus d’information

Elles ont séché le collège pour prier…

Une dizaine d’élèves de Saint-Charles qui préparent leur profession de foi sont partis pour une retraite de 3 jours avec ceux du collège Sainte-Marie. Les jeunes filles étaient à Nouan le Fuzelier. Don Dominique avait plaidé leur cause.  » C’est une retraite » m’avait-il promis. « Nous partons pour prier ».

Aujourd’hui je découvre les photos. Je n’ai pas trouvé beaucoup de prières. Je vous laisse juge en visionnant la vidéo… Je n’ai pas de retour de la retraite des garçons. Je crains le pire.

« Soyez toujours joyeux. Priez sans cesse. Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ. »  Et c’est saint Paul qui le dit!  Evidemment avec des arguments comme çà, qu’est-ce que je peux dire?

Peut-être tout simplement, merci et bravo à  Don Dominique à tous les organisateurs et accompagnateurs.

Chut

 » Il faudrait repenser la place que le silence mérite dans notre établissement…
J’ai cette idée d’ entrer dans les locaux comme on entre dans un Sanctuaire… »

En cette journée ensoleillée de la fin du mois d’Août
notre directeur Monsieur Alain Le Pivain
aborde le problème épineux du bruit dans le collège.
La rentrée se prépare ainsi un petit groupe composé d’Alhem
Marine Barboux, Émeline Gance, Stéphane Lequimbre et Jocelyn Herbelot
est réuni afin de réfléchir à ce délicat sujet.
La décision est prise, une série de panneaux sera accrochée dans les couloirs du collège,
illustrant le mot « Silence » traduit dans différents dialectes.
La mission est confiée aux élèves qui vont effectuer de multiples croquis,
d’où va jaillir une ligne claire pour des dessins simples et précis, une économie de couleurs,
afin que le message surpasse le bruit
et que le silence dépasse ainsi nos « frontières ».